Page principale

Latest Scoop

Sémantique d’une figure de la guerre de Poutine à l’Ukraine

Une image a fait le tour de la Fédération de Russie, vite devenue le symbole de la guerre qu’a déclenchée Poutine contre l’Ukraine le 24 février, celle de “la babouchka au drapeau rouge”. Elle figure dans une video aux allures de conte (1) : une petite vieille sort de sa maison avec un drapeau que des soldats lui demandent de déployer, puis de leur tendre, le temps de lui offrir des vivres : “- Vous nous attendiez ? – Oui, vraiment, j’ai prié pour Poutine et pour tout le peuple”, répond-elle abusée. Un soldat lui demande de crier “Vive l’Ukraine !”, foulant aux pieds le drapeau rouge. Elle lui rend alors ses vivres, car “il se tient sur le drapeau pour lesquel ses parents sont morts”. Lui déclare qu’il se comporte ainsi, “parce que les Russes sont venus chez moi”. Dans un espace longtemps marqué par le culte des icônes, où le symbole et le mythe ont souvent valeur de réel, cette image a vite illustré l’assimilation de l'”opération spéciale en Ukraine” à la “grande guerre patriotique”, tel que le prétend Poutine, jusqu’à être paradoxalement statufiée à Marioupol – ville rasée aux milliers de victimes civiles des forces fédérales russes – devant quoi le publiciste bolchévique et néanmoins ultranationaliste Zakhar Prilépine est venu récemment se prendre en selfie (2). La babouchka, Anna Ivanova, a par la suite été retrouvée dans un hôpital de Kharkov, où elle a été transférée par les mêmes soldats, après la destruction de sa maison par un tir russe, qui prie maintenant “pour qu’il n’y ait plus de guerre” (3). Ce retour au réel pourrait bien être aussi celui qui a marqué le discours du président de la Fédération de Russie le 9 mai sur la place Rouge, à l’occasion du traditionnel défilé de la Victoire de 1945.

SUITE

Contrepoint

Salon du livre russe 4/12/2021

Vidéos

Conférence de l’ambassadeur de Chine le 13/05

Livres par Frédéric Saillot

live part 2